arctic

[Cannes 2018 РHors Comp̩tition] [Critique] Arctic

Le film de survie en milieu hostile est un genre amplement visité au cinéma. Aussi, c’est un pari risqué que se lance le brésilien Joe Penna, remarqué sur Youtube, pour son premier film qui a eu les honneurs d’une projection hors compétition au Festival de Cannes. Il convoque devant sa caméra le talentueux Mads Mikkelsen qu’il lâche dans l’Arctique. Son personnage est bloqué dans cet endroit aux conditions extrêmes depuis un moment, tant est si bien qu’il a acquis de solides techniques de survie qui lui permettent d’essayer de contacter les secours régulièrement avec un transmetteur. Lorsque ceux-ci se présentent, les choses ne se déroulent pas comme prévu. Il va devoir entamer un voyage périlleux pour rejoindre une station plus au Nord. C’est une grande idée qu’a eu Joe Penna de faire appel à Mads Mikkelsen, qui inonde l’écran de son charisme dans un rôle aux dialogues réduits au strict minimum. Le métrage est d’ailleurs globalement minimaliste, loin des grosses machineries hollywoodiennes qui pourraient donner plus aisément dans le grandiloquent. Ici, l’histoire prend son temps, comme pour nous faire vivre quasiment en temps réel l’épreuve de survie, seulement cadencée par les bips réguliers de la montre de son héros et profitant à plein du magnifique décor naturel, très cinégénique. Il est en quelque sorte un petit guide de survie en milieu hostile bien enveloppée par une musique harmonique de Joseph Trapanese (The Raid, Oblivion, The Greatest Showman) qui sait se faire globalement discrète tout en soulignant efficacement les moments forts du récit. Si son rythme est savamment étudié et s’il offre sur la forme un dépouillement appréciable, Arctic peine cependant à se démarquer des films du même genre et les péripéties qui surviennent sont assez attendues, quand il n’y a pas quelques incohérences qui peuvent faire tiquer. C’est le défaut de ce film qui semble hésiter constamment entre simplicité et efficacité, résumé lors d’un final assez grossier et difficilement crédible qui fait retomber le soufflet d’un divertissement jusque là pourtant honnête.

4/10

Partagez !