[Critique] Chair de poule – le film

Share

Chair de PouleUn film réalisé par Rob Letterman. Avec Jack Black, Dylan Minnette, Odeya Rush et Amy Ryan. Date de sortie en salles : 10 février 2016.

Après avoir rencontré un plutôt bon succès aux USA, l’adaptation cinématographique de Chair de poule, menée par Jack Black, débarque dans nos contrées. Prêts à trembler ?

La collection de livres Chair de Poule a plutôt marqué la génération d’enfants précédente que l’actuelle (elle a été éditée en France entre 1995 et 2001). Une série télévisée a également déjà vu le jour, chaque épisode adaptant plus ou moins fidèlement chaque tome. Le principe de Chair de Poule est toujours de mettre des enfants ou des adolescents dans des situations extraordinaires afin que le jeune lecteur / téléspectateur s’identifie. Un principe donc logiquement repris dans cette adaptation sur grand écran qui peut bénéficier en plus des avancées technologiques dans les effets spéciaux afin de proposer des créatures plus vraies que nature. On se retrouve donc ici avec Zach, un adolescent qui emménage dans une nouvelle ville. Il fait la connaissance de sa voisine, Hannah, qu’il pense être maltraitée par son père. Un soir où il croit celle-ci en danger, il entre chez elle pour lui porter secours sans se douter qu’il va déclencher une catastrophe. En effet, en ouvrant un livre dans la bibliothéque du père d’Hannah, il y voit un monstre s’en échapper, bientôt rejoint par tout ceux habitant les autres livres, emmenés par le revanchard Monsieur Méchant Garçon, un pantin (ne l’appelez surtout pas come ça) qui en a gros sur la patate.

Chair de Poule
 

Chair de Poule le film est l’exemple type du produit hollywoodien parfaitement formaté, efficace sans être véritablement original ni ambitieux, adoptant un rythme endiablé et se reposant sur une bonne bande son signée Danny Elfman (avec son style reconnaissable à 100 lieues) pour masquer les faiblesses d’un scénario sans surprises comportant quelques facilités où il a fallu insérer une  amourette convenue, à croire que c’est un passage obligé pour flatter le jeune public. Le film se vit un peu comme un gentil grand huit, où on se fait secouer un peu, où on prend quand même un peu de plaisir, mais dont le souvenir s’évapore assez vite. Les personnages ne sont globalement pas assez creusés et on doit surtout se satisfaire d’effets spéciaux convaincants qui donnent des séquences d’action bien emballées. Le réalisateur Rob Letterman (Gang de requins, Monstres contre aliens…) en fait donc le minimum syndical dans le cahier des charges de ce genre de films et retrouve Jack Black après l’avoir dirigé dans Les voyages de Gulliver, celui-ci en faisant aussi le minimum dans un rôle pas très épais. Un film qui aère l’esprit à défaut de plus, et il faut parfois savoir s’en contenter…

 
Un scénario simpliste et des personnages peu consistants sont heureusement rattrapés par des effets spéciaux irréprochables et un sens du rythme certain. Les plus jeunes devraient y trouver leur compte.

6/10

 

Cyril Perraudat

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *