Chair de Poule

Un film réalisé par Edward Zwick. Avec Tom Cruise, Cobie Smulders, Danika Yarosh et Robert Knepper. Date de sortie : 19 octobre 2016.

Jack Reacher : Never Go Back fait suite au premier épisode Jack Reacher sorti en 2012. Après des retours mitigés, et un score au box-office moyen (il parvient à s’en sortir à l’international, mais peine à trouver son public sur le sol Américain), La Paramount a longuement hésité à produire cette suite. Finalement, ils donneront leur accord et le feu vert pour la réaliser. Le film commencera à être tourné le 20 octobre 2015. Un an plus tard, nous y sommes ! Tom cruise est de retour pour montrer qui est le patron de l’action. Alors que vaut ce Jack Reacher : Never Go Back ? C’est parti.

Il est à noter que Jack Reacher, à l’instar de James Bond, est un film adapté d’une série de romans « policiers » où le personnage principal est toujours mis à l’épreuve à travers différentes histoires plus ou moins d’espionnage ou d’action. Ce second film, Jack Reacher : Never Go Back, est tiré du dix-huitième roman du personnage nommé Never Go Back.

Donc le film raconte l’histoire de Jack Reacher qui voyage à travers les Etats-Unis en quête de justice. En contact avec une certaine capitaine Susan Turner, il décidera de la rejoindre à Washington afin de la rencontrer. Sauf qu’à son arrivée, tout changera. Celle-ci fut arrêtée pour un crime qu’elle n’a pas commis et lui sera traqué pour meurtre. Reacher tentera de rétablir la justice en libérant la belle innocente et les disculpant de tous crimes.

Voici donc le résumé bref de ce Never Go Back. On a la devant nous un bon film de flic éventuel des années 80. Pourtant le film ne parvient jamais réellement à décoller, nous transporter, où même simplement nous faire rentrer dans l’histoire tellement il reste en surface et ne nous expose que ce qui doit être expliqué.

jack-reacher

Commençons par les points positifs du film, car il y en a… Mais ils sont peu nombreux. Christopher McQuarrie laisse la place de réalisateur à Edward Zwick – et pour cause, il a réalisé Mission Impossible : Rogue Nation, et se concentre sur le futur de la licence -. Ce nom ne vous dira peut-être pas grand chose, pourtant il est à la tête de nombreux films d’excellentes factures. Nous pourrions citer Le Dernier Samouraï, Blood Diamond et Le Prodige, pour faire cours. En résumé, un très bon réalisateur et cela s’en ressent. Les scènes d’actions sont fluides, la réalisation est bonne et tente de nous faire entrer dans le récit. Il dirige parfaitement son équipe d’acteurs qui se mettent en quatre pour le spectateur (sans mauvais jeu de mot).

Autre bon point, Tom Cruise. On a ici un Tom Cruise qui, malgré ses 54 ans, n’a pas peur de montrer son torse encore musclé qui n’a pas à rougir de l’âge et faire des cascades incroyablement dangereuses. Oui, car plus qu’un acteur, Tom Cruise est aujourd’hui un personnage à part entière qui offrirait à lui seul le fait d’aller voir le film. Et on se retrouve donc avec une œuvre Paramount parfaitement carrée avec son personnage de Tom Cruise qui fait revenir Jack Reacher pour faire attendre les fans de Mission Impossible. On aimera ou on aimera pas.

Désormais, passons au points négatifs du films. On ne s’étendra pas sur tout, car il y en a un certain nombre.

Hormis la scène d’ouverture qui nous fait dire « on va avoir le droit à un bon film d’action intéressant », en réalité le film tire en longueur. Le scénario n’est jamais intéressant et ne donne pas envie de s’investir dedans, au point de l’oublier aussitôt sorti de la salle. Avec un contexte géopolitique pour créer une intrigue potable, celle-ci s’enlise dedans au point d’être mis de côté une bonne partie du film pour finalement n’être qu’un prétexte qu’à la vengeance de Patrick Heusinger ou The Hunter, qui cherche désespérément à tuer Jack Reacher. Et je dis bien désespérément car c’est ce que l’on ressent en voyant le film, le désespoir de cet homme pour être meilleur qu’un autre… Pour fatalement raté ses tentatives.

jack-reacher

Et puisque l’on parle de personnage, nous avons le personnage de Cobie Smulders, alias Susan Turner, qui offre une pseudo histoire « d’amour » entre elle et Reacher. Elle sert ici de lien avec le problème géopolitique mais surtout de femme forte et indépendante. Et tout du long, on sera amené à le comprendre parfaitement tant elle nous le répétera, tout comme le fait que Reacher ne cessera de répéter qu’il est ex-Marshall, comme s’il cherchait à se disculper de quelque chose ou qu’il regrettait d’être parti… Ce n’est qu’un détail, mais à la longue, il peut être redondant et agaçant.

Ajoutez à cela une autre sous-intrigue où Jack Reacher en vient à découvrir qu’il aurait une fille, ce qui est sans aucun doute la pire idée du scénario. Encore un prétexte pour affaiblir Reacher et parvenir à la vengeance du Hunter, mais là aussi, cela ne sert qu’à rallonger la durée du film. Cette fille devient un poids pour les deux personnages en fuite tant elle fait exprès de se mettre dans des situations dangereuses… Et ajouter des scènes longues et dispensables qui sortent le spectateur du film, car l’histoire familiale de Jack Reacher est peu intéressante. Aussi bien que Tom Cruise est censé être un personnage bad-ass sans faiblesses.

Vous comptez bien, on est à quatre intrigues imbriquées en tout. Et autant, dans certains films cela est parfaitement maîtrisé et bien construit, ici le rendu n’est que brouillon et fait partir l’oeuvre dans tous les sens sans jamais trouver le juste milieu.

En définitive, Jack Reacher n’est pas un bon, ni mauvais film. En soit, on pourrait lui faire peu de reproches, excepté ses multiples intrigues peu intéressantes et ses personnages plats. Il possède même une bonne réalisation et de bonnes scènes d’action, notamment la scène finale au cœur du carnaval de la Nouvelle-Orléans qui démontre le savoir-faire d’Edward Zwick. Pourtant, aussitôt sorti de la salle, le film est déjà oublié. On cherche même à savoir qu’elles sont les points positifs et négatifs du films, car en réalité il n’y a rien à dire de spécial dessus une fois dehors. Ni la faute à son réalisateur ou encore à Tom Cruise qui offre une prestation digne de son personnage, mais à celle de l’équipe de production qui veut offrir un film carré qui ne sort pas du cadre habituel. En sommes, une œuvre plate sans vie que l’on ne recommande pas d’aller voir au cinéma.

5/10

 
http://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/10/jack-reacher-2.jpghttp://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/10/jack-reacher-2-300x300.jpgRomain DebonsCritiquesCobie Smulders,Edward Zwick,Jack Reacher,Tom Cruise
Un film réalisé par Edward Zwick. Avec Tom Cruise, Cobie Smulders, Danika Yarosh et Robert Knepper. Date de sortie : 19 octobre 2016.Jack Reacher : Never Go Back fait suite au premier épisode Jack Reacher sorti en 2012. Après des retours mitigés, et un score au box-office moyen (il parvient à...
Partagez !