loving

[Critique] Loving : bataille fondamentale pour l’amour

Chair de Poule

Un film réalisé par Jeff Nichols. Avec Ruth Negga, Joel Edgerton, Marton Csokas et Nick Kroll . Date de sortie en salle : 15 février 2017.

Diffusé au Festival de Cannes en mai 2016, Loving, situé aux USA en 1958, raconte l’histoire vraie du couple à l’origine de l’arrêt « Loving v. Virginia » qui symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine. Un film qui vaut à son interprète féminine Ruth Negga une nomination aux Oscars.

Un an après un intéressant Midnight Special qui essuya un certain échec commercial (6 millions de dollars de recettes à travers le monde pour un budget de 18), Jeff Nichols délaisse les pouvoirs surnaturels pour aborder une histoire profondément naturelle. Les époux Loving sont heureux en amour mais malheureusement pour eux, ils vivent dans une Amérique ségrégationniste et leur mariage n’est pas autorisé dans l’Etat où ils vivent, ce qui fait qu’ils doivent aller dans un Etat voisin pour s’unir. De retour chez eux, ils sont trainés en justice pour leur union proscrite mais ne se laisseront pas faire et contre-attaqueront au point de faire changer le cours de l’Histoire.

loving

Auteur de films audacieux comme Take Shelter, Mud ou le pré-cité Midnight Special, Jeff Nichols revient avec un métrage à l’histoire forte mais au style beaucoup plus conventionnel. Au-delà de son thème, Loving fait preuve d’un académisme poli un peu surprenant de la part de son metteur en scène, qui parvient malgré ça à illustrer plutôt efficacement cette histoire rassembleuse. Il utilise une belle nuance là où la caricature aurait pu être de mise, proposant à voir une histoire où il n’y a pas de méchant ni de gentil, mais simplement une société aux règles dépassées et non-sensiques qui se voit rattrapée par l’évolution naturelle des choses. Le combat de ce couple est montré de façon juste, sans chichis ni éclat d’héroïsme ou de colère, mais montrant simplement la face de deux êtres qui souhaitent vivre ce qui leur semble le plus normal du monde (à ce titre, la réplique de l’époux disant à son avocat « Dites au juge que j’aime ma femme » fait parfaitement écho à cela). Plus factuel que flamboyant, le film de Jeff Nichols profite de l’interprétation impeccable de son couple à l’écran, Joel Edgerton revenant devant sa caméra après Midnight Special. Celui-ci forme un beau duo avec Ruth Negga, vue dans Warcraft : le commencement et la série Marvel : les agents du S.H.I.E.L.D., qui campe parfaitement cette femme digne à la colère toute intérieure.

Un peu trop conventionnel et poli dans sa mise en scène, Loving reste toutefois une belle évocation d’un moment important dans l’histoire de l’évolution difficile mais naturelle des choses au cœur d’une Amérique sortant peu à peu du ségrégationnisme. Joel Edgerton et Ruth Negga forment un beau couple qui n’aspire qu’à une chose simple : s’aimer librement.

7/10

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *