Un film réalisé par Joachim Ronning et Espen Sandberg. Avec Johny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaytes, Kaya Scodelario, Geoffrey Rush, Orlando Bloom. Date de sortie en salle : 24 mai 2017.

Suite à un succès commercial sans précédent, ainsi qu’une bonne réception critique pour la première trilogie Pirates des Caraïbes, les studios Disney décident de relancer la machine avec une seconde trilogie abordant de nouveaux personnages et légendes. Après un quatrième épisode décevant sur bien des points, Disney et Johnny Depp veulent repartir sur de bonnes bases avec ce cinquième épisode qui se voudrait plus proche des premiers tant sur l’aspect scénaristique que de ses personnages… Qu’en est-il vraiment ?

 

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (ou Dead Men Tell No Tales en VO, qui sonne bien mieux il faut l’admettre…) nous raconte l’histoire du jeune Henry Turner, fils de William Turner, qui décide de partir à la recherche d’un artefact légendaire étant le trident de Poséidon. Avec celui-ci, il pourrait ôter la malédiction qui pèse sur son père, afin qu’il cesse d’être le capitaine maudit du Hollandais volant. Alors qu’il cherche Jack Sparrow afin que ce dernier l’aide dans sa quête, il se fera épargner par le capitaine Salazar dans le but de délivrer un message de mort au fameux pirate. Henry Turner fera aussi la rencontre de Carina Smyth, une jeune femme condamnée pour sorcellerie et qui dit savoir comment retrouver le trident. Avec Jack Sparrow, ils tenteront de retrouver le trident de Poséidon alors qu’ils seront poursuivis par Salazar…

pirates-caraibes

Résumé ainsi, l’histoire du film pourrait paraître brouillonne, à partir un peu dans toutes les directions… Eh bien c’est très exactement l’effet que donne ce nouvel épisode des Pirates des Caraïbes. On trouvera quelques ressemblances avec La Fontaine de Jouvence, notamment dans sa construction et sa recherche d’artefact légendaire. Mais si ce n’était que ça…

Ici, le scénario pourrait être résumé très simplement, à savoir, la recherche du trident de Poséidon. Mais il se perd dans une multitude de sous-intrigues pour créer de l’attachement avec les nouveaux personnages, pour cela, la solution de facilité est de les lier directement avec les anciens pour créer ce rapprochement forcé…

Avoir plusieurs sous-intrigues parallèles à l’intrigue principale n’est pas un mal, encore faut-il en premier lieu réellement définir son intrigue principale. Le film démarre avec un long prologue (beaucoup trop long) d’une trentaine de minutes pour présenter les nouveaux héros que sont Henry et Carina, les lier à travers leur but commun du trident, d’intégrer Salazar très rapidement, et enfin implémenter le personnage de Jack Sparrow à toutes ces péripéties de façon inopinée, injustifiée, et pas des mieux trouvées. Et même si ce début est bien trop long, il en devient aussi bien trop rapide et hâché. Hélas, ce n’est pas simplement avec un début d’idée, un méchant et Jack Sparrow que l’on obtient la recette magique.

Et finalement, nous avons deux nouveaux personnages qui deviennent ceux qui sont le plus travaillés à mesure que le film avance, notamment l’intrigue de Carina qui est plutôt bien traitée. Quant aux autres, ils ne sont tous là que pour être là, sans apporter d’enjeux ou de suspens. Un capitaine Anglais oubliable qui se met soudainement à vouloir le trident pour faire du Royaume d’Angleterre le plus puissant du monde, Barbosa qui revient subitement pour aucune raison valable apparente mais dont l’explication finale tombe brutalement.

pirates-caraibes

Même le méchant du film, qui porte à lui tout seul le titre du film (il ne faut pas l’oublier !) n’est pas l’enjeu principal du film. Pire, il n’est là que pour donner une motivation à Jack de partir à la recherche du trident, ni plus, ni moins. Donc, il n’est qu’un moyen détourné d’intégrer Jack à l’histoire de Carina et Henry. Nous avons sinon la tentative d’explication d’une soit-disante malédiction par le compas de Jack qui au final n’est pas expliquée et encore injustifiée. La valeur de Salazar est si négligeable que la scène du flash-back sur sa rencontre avec Jack sert de mise en valeur à Jack et non à Salazar. Faisant de lui un personnage oubliable, sans charisme, malgré son aspect général plus qu’intéressant, un bateau impressionnant, et un équipage menaçant… Le tout, mal exploité.

Qui plus est, malgré tous ces éléments implémentés dans l’histoire du film, celui-ci parvient à avoir de nombreuses scènes plates où rien d’intéressant ou d’utile à l’avancement ne se produisent, hormis quelques lignes de dialogues essayant en vain d’apporter une touche d’émotion ; toujours dans l’optique de lier les personnages comme il le peut.

Nous pourrions évoquer encore plus en détails les nombreuses erreurs de construction du film, mais pour résumé : Tout est trop simpliste, expédié et bâclé pour s’accorder à l’histoire de tous ces personnages et les faire aller dans le même sens de façon beaucoup trop forcée sans qu’aucun d’eux n’évolue entre le début et la fin du film, a contrario de la première trilogie qui apportait un plus à chaque épisode et dont les enjeux personnels avaient une valeur certaine.

Mais pour autant, cela ne fait pas de lui un mauvais film. Car malgré tout, l’esprit Pirates des Caraïbes est bel et bien présent. On prend un certain plaisir à revoir ces personnages dans une nouvelle aventure. L’humour est toujours présent en abondance et de façon bien placée (la plupart du temps). Et simplement de voir à nouveau Jack Sparrow vaut le détour.

Et bien que jamais surprenant dans sa composition, l’œuvre est bien filmée et claire dans ses scènes d’actions toujours plus grandes et spectaculaires. On obtient très clairement un produit façonné par Hollywood qui est dans les normes, sans chercher à se renouveler avec des images un peu trop souvent plates en comparaison des premiers épisodes qui cherchaient à avoir un aspect visuel bien à eux. Les musiques sont toujours là pour nous rappeler les thèmes originaux qui apportent une touche de nostalgie à l’œuvre.

pirates-caraibes

 

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar est un film comme bien d’autres. Il aura eu l’audace de vouloir apporter de nouvelles choses et de lier l’ancienne génération avec une nouvelle. Hélas pour lui, le résultat est en demi-teinte dû à l’utilisation de nombreuses sous-intrigues bancales et bâclées, de l’utilisation d’un méchant qui n’est là qu’en tant que figuration et d’obligation de quête, de trop nombreuses explications injustifiées, mais surtout par sa volonté de vouloir trop en mettre pour finalement ne rien apporter de plus à l’univers ou aux personnages (à l’exception des 5 dernières minutes, précision pour les plus capricieux). Il est, hélas, le cinquième volet d’une saga ayant eu un passé glorieux. Et malgré les quelques qualités indéniables du film, la comparaison avec ses précédentes itérations est obligatoire… Ce qui ne l’aidera guère. Un film divertissant ; un Pirates des Caraïbes décevant.

6/10

http://planete-cine.com/wp-content/uploads/2017/05/pirates-caraibes-banner-2.jpghttp://planete-cine.com/wp-content/uploads/2017/05/pirates-caraibes-banner-2-300x300.jpgRomain DebonsCritiquesDisney,Javier Bardem,Johnny Depp,Orlando Bloom
Un film réalisé par Joachim Ronning et Espen Sandberg. Avec Johny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaytes, Kaya Scodelario, Geoffrey Rush, Orlando Bloom. Date de sortie en salle : 24 mai 2017.Suite à un succès commercial sans précédent, ainsi qu'une bonne réception critique pour la première trilogie Pirates des Caraïbes, les...
Partagez !