Un film réalisé par Matt Reeves. Avec Andy Serkis, Woody Harrelson, Steve Zahn, Terry Notary, Amiah Miller. Date de sortie en salle : 2 août 2017.

César revient pour mener une fois de plus les singes dans l’affrontement qui les oppose aux humains. Un combat crucial pour la suprématie faisant office de troisième volet à cette nouvelle mouture entamée en 2011.

Les singes les plus intelligents de l’histoire du cinéma sont de retour dans le troisième volet de la nouvelle mouture de La Planète des singes entamée en 2011 avec La Planète des singes – les origines réalisé par Rupert Wyatt. César veille sur son clan en essayant d’éviter l’affrontement avec les humains. C’était sans compter sur un groupe de militaires venu en mission pour faire une attaque ciblée qui va compter dans ses victimes la femme et un fils de César. Celui-ci va alors repérer leur chef et aura pour objectif de le traquer et l’éliminer. Il va être accompagné dans son périple de quelques compagnons tandis que le reste du clan part se mettre en sécurité ailleurs. Mais, durant son expédition, César va faire des découvertes qui feront que celle-ci ira bien au-delà de la simple vengeance.

La Planète des singes suprématie
Toujours plus grand, toujours plus long… on ne sait pas si c’est le leitmotiv de cette saga mais le fait est que La Planète des singes – suprématie étale sa projection sur 2h20, ce qui est une durée imposante. La franchise continue à dérouler en toile de fond l’évolution de la situation entre humains et singes en nous en disant plus sur le développement du virus et les choix difficiles qui devront être faits des deux côtés. Tandis que César doit assumer son statut de chef de file et montrer la voie aux siens tout en luttant avec ses démons intérieurs, les humains font face à des choix vitaux sur l’attitude à adopter pour traiter la situation. Le personnage du colonel de l’armée dans le viseur de César est un adepte de la manière forte et radicale, à savoir pourchasser et éliminer les singes. Les enjeux en trame de fond sont donc intéressants, il est alors dommage que le duel et les enjeux plus immédiats de l’histoire soient aussi classiques, prévisibles et sentant le déjà-vu. Les faits exposés vont alors se réduire rapidement à une opération évasion avec des événements d’usage, pour laquelle le fait que cela concerne des singes ne change pas grand chose à l’affaire. En plus de cela, le grand méchant humain, colonel un peu dément incarné par un Woody Harrelson dans sa zone de confort mais un peu en mode automatique, s’avère assez mal écrit, l’origine de ses motivations restant assez convenues, ce qui n’aide pas à donner de l’épaisseur au personnage. C’est plus globalement que le scénario boîte également, entre situations parfois peu crédibles ou incidents soudains n’ayant pas d’autres justifications que d’être bien pratiques pour faire avancer le récit dans un direction définie.

La Planète des singes suprématie
Sur sa longue durée, La Planète des singes – suprématie semble être un film trop ambitieux voulant traiter de nombreux thèmes mais qui donne l’impression de trop s’étirer, la faute à un problème de rythme latent et à une ambiance bancale. On sent l’intention de livrer ici un film à tendance assez sombre avec des enjeux cruciaux et pourtant, la greffe d’un personnage de singe comique – le seul – semble avoir été fait de force pour alléger artificiellement le ton pesant du récit. Le métrage donne alors l’impression de ne pas assumer son ambition de gros blockbuster adulte sérieux pour tenter de rallier maladroitement plusieurs types de publics à lui. La bande son peu inspirée et un peu fade de Michael Giacchino n’aide pas non plus le film à prendre son envol. Malgré cela, La Planète des singes – suprématie profite d’effets visuels toujours aussi soignés, pour ne pas dire impressionnants, parvenant à rendre les singes très humains et expressifs, le soin apporté aux regards étant vraiment renversant. On n’oublie pas une fois de plus la performance de l’invisible Andy Serkis, qui prête toujours aussi bien ses mouvements à César.

La Planète des singes suprématie

La Planète des singes – suprématie est un film intéressant à plusieurs égards mais bien trop décevant dans sa globalité. Matt Reeves livre une œuvre assez bancale qui ne sait pas vraiment sur quel pied danser et tente d’embrasser trop de thèmes à la fois pour livrer au final un duel sur la forme assez convenu et un déroulement des événements sans surprises. A l’image de toute la franchise, donnons une mention spéciale aux effets visuels livrant à l’écran des singes toujours aussi criant de réalisme.

4/10

http://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/12/la-planete-des-singes-suprematie-banner.jpghttp://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/12/la-planete-des-singes-suprematie-banner-300x300.jpgCyril PerraudatCritiquesAndy Serkis,La Planète des singes,Matt Reeves,Woody Harrelson
Un film réalisé par Matt Reeves. Avec Andy Serkis, Woody Harrelson, Steve Zahn, Terry Notary, Amiah Miller. Date de sortie en salle : 2 août 2017.César revient pour mener une fois de plus les singes dans l'affrontement qui les oppose aux humains. Un combat crucial pour la suprématie faisant...
Partagez !