Un film réalisé par Guy Ritchie. Avec Charlie Hunnam, Jude Law, Eric Bana, Djimoun Hounsou, Aidan Gillen, Astrid Bergès-Frisbey. Date de sortie en salle : 17 mai 2017.

La légende du roi Arthur est un mythe qui a toujours passionné, d’où la multiplicité des œuvres artistiques à travers les âges. Après une adaptation cinématographique en demi-teinte faite en 2004, des séries ou encore les récits de Kaamelott ; Guy Ritchie décide de faire revivre la légende de la table ronde une nouvelle fois en 2017 avec Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur. Le réalisateur souvent attaqué par la critique aura-t-il réussi son pari ?

Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur suit l’histoire d’Arthur Pendragon, fils d’Uther Pendragon. Alors que son oncle Vortigen décide de monter un coup d’état contre Uther pour prendre le trône d’Angleterre, ce dernier se décide à fuir et sauver son fils. A sa mort, l’épée légendaire Excalibur est scellée dans la roche et seul l’héritier du trône pourra la récupérer et réclamer le royaume. C’est ainsi que nous suivons un Arthur perdu dans les rues mal famées de Londinium où il apprendra à devenir un homme fort. Lorsqu’il parvient à retirer Excalibur de la roche, sa destinée se dessine devant lui, mais il lui faudra l’accepter pour vaincre son oncle et reprendre le trône.

roi-arthur

Guy Ritchie est un réalisateur souvent critiqué pour ses œuvres atypiques, ou avec du potentielles, mais « mal finies ». Lui qui a réalisé les deux Sherlock Holmes et le très original Man from U.N.C.L.E revient sur le devant de la scène avec un film surprenant sur son CV, à savoir, un film fantasy, voire même d’heroic fantasy. Et la scène d’ouverture nous pose les bases de cet univers fantastiques avec des mages, une bataille épique magistralement orchestrée et une épée légendaire magique capable de réduire à elle seule une armée entière. Autant vous dire immédiatement que les non-amateurs du genre peuvent déjà se retirer de la salle… Et pourtant, le film a bien des multiples-facettes intéressantes à regarder de plus près.

Le scénario du film part sur une base simple mais efficace. L’exil d’un enfant né roi, qui devra accepter son destin pour reprendre ce qui lui revient de droit, et devra se battre pour y arriver. Mais au-delà de cette base, le traitement de l’univers et des personnages en son sein est assez bien travaillé. Il est dommage que certains personnages soient mis en second plan au point de voir leur mort comme juste des fonctions du récit, et le manque d’attachement pour eux ne nous fera guère réagir. Passé ce point fâcheux, les deux protagonistes du récit central que sont Arthur et Vortigen sont parfaitement exploités et leurs multiples rencontres au cours du film donnent lieu à des échanges très intéressants et bien écris.

Il sera à noter quelques longueurs ici et là en cours de métrage comme la plupart des films de fantasy qui tirent la corde pour apporter plus de détails sur le background du monde environnant. Background qui est à la fois magnifique et sous-exploité. Le récit se concentre tant sur l’intrigue principal d’Arthur que des « détails » passent en coup de vent et auraient mérité un peu plus d’attention de la part du réalisateur. Est-ce peut-être un choix délibéré pour éviter de perdre le spectateur dans de multiples sous-intrigues ? C’est un point qui se défend.

roi-arthur

Pour en revenir au traitement du personnage d’Arthur, il est absolument fabuleux de suivre sa quête depuis les bas-fonds de sa ville de Londinium, vivant dans un bordel en tant que voyou, pour devenir peu à peu une légende reniée, puis un héros. On ressent réellement le personnage grandir au cours de l’aventure, changer d’état d’esprit, apprendre à ouvrir les yeux et accepter celui qu’il est pour contrôler les pouvoirs d’Excalibur. Ce traitement rappellera évidemment de façon positive des films tels que Le Roi Lion ou bien Hercule (Disney) dans sa construction, jusqu’à son climax et son final.

Hélas, nous pourrions regretter un certain manque d’enjeu clair dans les événements politiques du royaume d’Angleterre. L’ascension de Vortigen n’est pas réellement expliqué, le retournement de situation avec l’avènement d’une résistance qui accepte Arthur malgré lui, ou bien l’action des mages qui restent discrets en dépit de la menace grandissante du mal ; ce qui dessert fatalement le récit dû à cette simplicité d’usage pour faciliter la compréhension narrative.

roi-arthur

Avec un récit qui fonctionne parfaitement dans sa construction, mais qui aurait mérité un peu plus de travail d’approfondissement, Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur brille surtout par la réalisation dantesque de Guy Ritchie. Nous avons là une œuvre parfaitement maîtrisée de bout en bout, tout aussi bien sur le plan visuel que du montage. La construction du film par le montage est tout aussi surprenante que bonne. L’utilisation des « cuts » successifs pour montrer ce que le personnage raconte en mêlant deux actions à la fois est une excellente idée dans un film de ce genre.

Ensuite vient le visuel ; lequel transcende Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur. Chaque décor est minutieusement travaillé, éclairé et cadré avec intelligence et clarté. Les scènes d’actions mettant en scène Excalibur laisseront un grand nombre de spectateur bouche bée tant la construction par les ralentis/accélérés donnent une sensation de puissance absolue à l’épée et son porteur. La bataille finale rappelant un combat de boss sera appréciée de beaucoup grâce à sa mise en scène judicieuse et sa musique lyrique.

Pour parler brièvement de la musique, Daniel Pemberton a parfaitement compris le cahier des charges de Guy Ritchie, à savoir une musique à la fois celte, lyrique, symphonique et moderne qui sert bien le montage dynamique du film.

Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur est bien loin du film que la critique voit. Il est un film avant tout de divertissement fantastique qui ne cherche pas à renouveler ou transcender le genre. Égal à lui-même, Guy Ritchie offre une œuvre avec une histoire simple mais efficace, un background fabuleux mais légèrement sous-exploité, et surtout une mise en scène épique et magistrale qui met bon nombre d’œuvre cinématographique passée au tapis. Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur devait être une saga de six films, mais hélas celui-ci sera probablement le seul. Pourtant il est très clairement un film qui mérite sa chance, qui mérite d’être vu au cinéma, et une ouverture d’esprit pour se laisser transporter par son monde fantastique.

8/10

http://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/07/king-arthur.jpghttp://planete-cine.com/wp-content/uploads/2016/07/king-arthur-300x300.jpgRomain DebonsCritiquesAstrid Bergès-Frisbey,Charlie Hunnam,Djimon Hounsou,Eric Bana,Guy Ritchie,Jude Law
Un film réalisé par Guy Ritchie. Avec Charlie Hunnam, Jude Law, Eric Bana, Djimoun Hounsou, Aidan Gillen, Astrid Bergès-Frisbey. Date de sortie en salle : 17 mai 2017.La légende du roi Arthur est un mythe qui a toujours passionné, d'où la multiplicité des œuvres artistiques à travers les âges. Après...
Partagez !