Un film réalisé par Jon Watts. Avec Tom Holland, Michael Keaton, Marisa Tomei, Jacob Batalon, Laura Harrier, Zendaya, Robert Downey Jr, Jon Favreau. Date de sortie en salle : 12 juillet 2017.

Suite à un relatif échec commercial de The Amazing Spider-Man 2, Sony s’est vu contraint de rectifier ses plans initiaux qui consistaient à créer un Spider-verse avec les Sinister 6 en méchants principaux… Hélas, ou heureusement, puisque Kevin Feige, en grand chevalier a proposé un marché à Sony. Intégrer le personnage de Spider-man dans leur écurie du Marvel Cinematic Universe (MCU) mais que Sony garde les droits du personnage. Un accord encore parfois ambigu, mais cela n’est pas de notre ressort puisque, après avoir eu l’introduction du personnage dans Civil War, le voici dans son propre film : Spider-Man : Homecoming ! Et donc que vaut le retour à la maison mère ?

 

Spider-Man : Homecoming commence à la fin de la bataille de New York. Alors que les dégâts sont nombreux, une équipe de nettoyage dirigée par Adrian Toomes s’occupe d’enlever les débris extra-terrestres. Mais l’équipe est retirée du site par une organisation fédérale. Adrian Toomes et son équipe décident de changer comme le monde en fabriquant des armes de destructions massives à partir des débris aliens gardés… Ainsi naît le Vautour. 8 ans plus tard, Peter Parker alias Spider-Man tente d’impressionner son mentor Tony Stark et lui prouver ses valeurs de héros pour devenir un véritable Avenger ; quitte à mettre sa vie personnelle de côté. Ainsi, il découvrira les plans de Toomes et tentera à n’importe quel prix de stopper les agissements du Vautour…

Spider-Man Homecoming

Le point de départ du film est très intéressant puisqu’il allie deux passages important du MCU. Le premier est de remontrer la fin de la bataille de New York et donc d’intégrer le personnage d’Adrian Toomes à cet univers existant ; la deuxième est de remontrer la bataille de l’aéroport de Civil War mais du point de vue de Peter Parker. Comment il est arrivé là, l’obtention du costume, etc. Ce double point de vue des deux personnages ennemis du film permet de les relier dans le temps mais aussi dans l’univers Marvel, ce qui est judicieux mais surtout bien fait. Tout s’imbrique de façon rationnel et ne trompe pas le spectateur malgré l’arrivée tardive et légèrement inopinée du personnage de Spider-man. Il n’y a pas ce sentiment d’ajout à la « va-vite » et approximatif.

De nombreuses questions furent soulevées après l’annonce de l’arrivée de Spider-man dans le MCU. Il fallait notamment passer après ce qui avait déjà été fait, donc les Spider-Man de Sam Raimi, ainsi que les The Amazing Spider-Man par Marc Webb. Ces deux versions du personnages apportaient un point de vue intéressant et des ennemis vraiment dangereux. Le problème néanmoins était « l’origin story » qui revenait. Ici, Marvel a considéré que le publique connaissait les origines du personnage et a donc préféré directement se concentrer sur « comment le personnage allait évoluer » plutôt que de revenir sur la mort de l’oncle Ben et de voir une tentative de vengeance avortée par des responsabilités héroïques. Simplement pour les fans de Marvel, sachez que le film se concentre seulement sur Spider-Man et ne fera pas évoluer l’intrigue principale de l’univers pour Avengers : Infinity War.

Spider-Man Homecoming

Spider-Man : Homecoming va bien plus loin dans tout ce qu’il pouvait faire. Puisque rien de ce qui est fait dans ce film n’avait été montré auparavant. Cette fois Marvel use de toutes ses cartes disponibles pour élever son personnage. Tout d’abord, pour créer une certaine cohérence dans l’univers, le choix d’un acteur jeune pour interpréter un Peter Parker très jeune était un choix neuf. On se retrouve avec des collégiens qui n’ont pas tous un but dans la vie, des scènes comiques « teenagers » pour la plupart réussis qui nous rappelleront quelques souvenirs de jeunesses et un Peter Parker crédible en collégien justement, avec les problèmes qui lui sont inhérents. Il n’est pas quelqu’un de populaire, se fait souvent humilier et est un geek. On pourrait y voir peut-être une exagération de ses problèmes, mais ils sont plutôt bien calibrés et placés judicieusement dans le film sans trop en faire. Seul petit bémol où parfois son comportement (même en étant un enfant de 14 ans) est légèrement surjoué par Tom Holland.

Ce qui nous amène à la plus grande réussite du film : la dualité entre Peter Parker et Spider-Man. Tout le film est basé sur le conflit entre sa vie personnelle et celle d’être le meilleur héros qui soit pour impressionner son mentor. On voit donc un personnage tiraillé entre les deux et qui fera souvent le choix de mettre sa vie en danger pour plaire. Le problème étant qu’il se met lui même en danger, ainsi que les personnes qu’il aime sans parvenir à ses fins héroïques. Nous avons donc un héros en devenir qui fait encore de nombreuses erreurs. Tony Stark en mentor tente de le faire grandir et devient une figure paternelle pour lui. Les scènes où ils sont ensemble et dans lesquelles Tony essaie de lui faire comprendre comment devenir meilleur ne sont pas nombreuses mais toujours justes. La grande réussite du film est donc de voir ce personnage évoluer entre le début et la fin du film. Même si ses conflits intérieurs ne sont pas tous résolus (il faut bien des suites non ?), ceux mis en avant lui permettent de progresser.

Spider-Man Homecoming

Que serait un film de super-héros sans son super méchant ? Eh bien on pourrait se dire pas grand chose… Mais en réalité, il peut se satisfaire à lui-même. On ne pourra nier la classe de Michael Keaton et son jeu absolument incroyable. La scène entre lui et Peter dans la voiture restera dans les mémoires notamment par son jeu de lumière et son jeu d’acteur. Mais malgré son talent et le costume du Vautour qui, il faut l’admettre, est vraiment beau et puissant, il n’est finalement qu’une fonction du film qui sert à faire grandir Spider-Man. A aucun moment on ne ressent une grande dualité entre les deux ennemis ou encore un défi qui mettra la vie de Peter en péril, là où le Docteur Octopus de Spider-Man 2 était vraiment dangereux et menaçant.

Techniquement, Spider-Man : Homecoming s’en sort bien comme à peu près tout les films du MCU. Sans en faire trop, il montre et va à l’essentiel sans sombrer dans des plans ou détails inutiles. Les musiques sont encore en retraits et aucun thème ne sortira du lot à l’exception de celui du générique de début (hommage à la série originale) ou encore le thème des Avengers utilisé en fin de film. Ce qui est dommage connaissant le talent de Michael Giacchino.

Spider-Man Homecoming

 

Spider-Man : Homecoming est un film efficace. Malgré les craintes éventuelles qu’on aurait pu avoir en voyant un énième reboot de la franchise ; l’intégration du personnage dans le MCU se fait avec brio. Le scénario est juste du début à la fin, se connecte bien avec les autres films de l’univers ; mais surtout, la vision du personnage faite dans ce premier film est intelligente et change des précédentes itérations. On ressent ce combat interne du personnage afin de devenir le héros de ses rêves quitte à abandonner sa vie personnelle. On pourra être déçu par le méchant mis en retrait malgré le talent de Michael Keaton et sa tenue magnifique. En somme, un film d’action juste et divertissant mettant bien en avant notre « friendly neighborhood » préféré.

8/10

http://planete-cine.com/wp-content/uploads/2017/07/spider-man-homecoming-banner.jpghttp://planete-cine.com/wp-content/uploads/2017/07/spider-man-homecoming-banner-300x300.jpgRomain DebonsCritiquesJon Favreau,Marisa Tomei,Marvel,Michael Keaton,Robert Downey Jr,Spider-Man,Tom Holland
Un film réalisé par Jon Watts. Avec Tom Holland, Michael Keaton, Marisa Tomei, Jacob Batalon, Laura Harrier, Zendaya, Robert Downey Jr, Jon Favreau. Date de sortie en salle : 12 juillet 2017.Suite à un relatif échec commercial de The Amazing Spider-Man 2, Sony s'est vu contraint de rectifier ses plans...
Partagez !